Nouvelles

Rouvrir les églises, oui. Comme avant, non.

Publié le : 2020-05-15 a 00h00 | Catégorie : Paroisses, Catéchèse, Diocèse

Comme toutes les réouvertures, celle des églises suscite son lot de questions et de préparation, bien qu’aucune date n’ait encore été avancée pour le Québec. En coulisses, un même souhait: rouvrir, oui. Comme avant, non.

«Nous avons un dialogue ouvert avec le gouvernement», confirme Mgr Pierre Murray, secrétaire général de l’Assemblée des évêques catholiques du Québec (AECQ).

Fruit d’une démarche interreligieuse menée conjointement avec des groupes chrétiens, juifs et musulmans, une proposition de protocole de réouverture a été envoyée au gouvernement le vendredi 8 mai. Le document s’inspire des documents de l’Organisation mondiale de la santé.

«S’il est accepté, ça va servir d’entente et de base pour que chaque tradition l’adapte à ses spécificités liturgiques ou cultuelles», explique Mgr Murray. « La communication est très fluide et l’oreille est attentive. »

Du côté de l’AECQ, on travaille présentement avec un liturgiste pour l’adapter à la réalité des célébrations catholiques. Les expériences allemande et italienne sont notamment suivies attentivement, afin de se tenir au courant des meilleures pratiques.

Ainsi, l’Église québécoise compte s’inspirer largement du protocole survenu entre la conférence épiscopale italienne et le gouvernement Conte II paraphé la semaine dernière.

En revanche, pour la question de la communion, l’attention se tourne plutôt vers l’Allemagne. Le ministre de la communion présente l’hostie et la dépose en évitant de toucher aux mains. Aucune parole n’est échangée. «Avec cette pratique, il est facile d’avoir une bouteille de désinfectant, si jamais les mains se touchent. Le fait de ne pas parler permet aussi une communion à visage découvert», explique Mgr Murray.

Selon lui, il ne serait pas étonnant que la réouverture des églises se fasse par étape, selon les régions – Montréal devrait attendre, par exemple –, les types de liturgie et l’âge des fidèles. Quant à l’annonce, il croit qu’elle pourrait être intégrée dans un plan généralisé pour permettre à nouveau des rassemblements limités en nombre, un peu comme dans les premiers temps de la crise.

«C’est certain que cela aura des impacts sur la vie des paroisses. Les règles d’hygiène risquent d’être permanentes. Au plan pastoral, les effets se feront sentir à long terme : on fera des constats, tandis que la crise révèle ce que nous vivons comme Église.»

Pour lire le texte complet de Philippe Vaillancourt de PRÉSENCE iNFORMATION RELIGIEUSE

Cliquez sur le lien qui suit

http://presence-info.ca/article/rouvrir-les-eglises-oui-comme-avant-non-?fbclid=IwAR0-NMchB1qStD-J2TlbJRccto0lS7F4yhY5gOtOp9izPe1R2CIBN9YOHxU