Nouvelles

Homélie de Noël de Mgr Louis Corriveau

Publié le : 2020-12-23 a 00h00 | Catégorie : Paroisses, Catéchèse, Diocèse

Aujourd’hui vous est né un Sauveur.  C’est un beau clin d’œil que nous fait saint Luc quand il relate l’annonce de la naissance d’un Sauveur dans la ville de Bethléem.  Voici ce qu’on a retrouvé gravé sur une inscription datant de l’an 9 avant Jésus, à propos de la naissance de l’empereur Auguste : La providence qui dispose divinement de notre vie a comblé cet homme, pour le salut des hommes, de ces dons pour l'envoyer à nous et aux générations futures comme sauveur.

L’empereur était donc perçu comme un sauveur, un être divin qui allait apporter la paix. Saint Luc, en annonçant la naissance du fils de Marie comme la venue d’un Sauveur, au moment du règne d’Auguste, nous présente Jésus comme le véritable Sauveur. Mais de quoi nous sauve-t-il? Petite exploration des textes bibliques de la messe de la nuit de Noël.

Sauvés de la haine des autres

Gloire à Dieu au plus haut des cieux,
et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime.

Les anges dans la campagne le chantent en chœur : Dieu aime chaque être humain ! Ce rappel n’est pas inutile. Oui, ce membre de ma famille, ce collègue de travail, ce voisin qui me dérange par son comportement, ses idées ou sa différence culturelle, Dieu l’aime. Si je prétends aimer Dieu, il serait cohérent que j’aime celles et ceux que Dieu aime.  Une manière d’aimer une personne et d’aimer celles et ceux qui font partie de sa vie. Saint Paul en remet en affirmant que la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes.  Dieu aime chaque être humain.  L’amour biblique ne consiste pas à éprouver de l’affection pour tout le monde, c’est impossible. Il s’agit ici de l’amour agapè qui me fait regarder l’autre comme un don et non comme un adversaire à éliminer. Dans plusieurs situations de nos vies, l’amour de l’autre se traduira par un respect, un désir d’amélioration de ma relation avec lui, un effort pour mieux le connaître.

Sauvés du mépris des autres

Dans la même région, il y avait des bergers

qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder les troupeaux

L’ange du Seigneur se présenta devant eux,

et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière.

Avez-vous remarqué que la lumière du Seigneur n’entoure pas la sainte famille mais les bergers?  Les gardiens de troupeaux étaient méprisés à l’époque de Jésus.  Leur horaire de travail les empêchait de participer au culte religieux, ce qui leur attirait le mépris des pharisiens.  Jésus va piquer ces leaders religieux de l’époque dans leur sensibilité en leur racontant des paraboles dont les acteurs sont des bergers.  L’horaire atypique des bergers, ces travailleurs de jour et de nuit, nous rappelle la situation de plusieurs de nos contemporains.  Pensons à toutes celles et ceux qui sont auprès des malades ce soir. A leur manière, ils portent la lumière à toutes celles et ceux qui traversent un moment de noirceur.   Les bergers nous disent la dignité de chaque personne, quel que soit son travail.

Pour lire le texte complet, cliquez sur le lien qui suit :

 

http://www.diocesedejoliette.org/sn_uploads/Homelie-de-Noel-2020_2.pdf